Coopérations en puissances : les retours



Voici les retours que les participants partageaient en fin de ce Café coopé, intitulé Coopérations en puissances, qu'Isabelle Groneman et moi animions ce samedi 1er avril 2006.



"La coopération que je n'attendais plus. Lâcher prise. Pas dans la tête. Chacun a pris sa place, son temps de parole, se sent entendu, respecté."

"Dubitative, puis étonnée. Trois villages différents, de façon extraordinaire. Le premier, les gens s'y retrouvent, ça coule de source. Le second, on met ensemble des choses fixes : on met des limites pour que ça n'explose pas. Le troisième, pas de règles, limites et état d'esprit communs, mais tolérance mature : on sait que l'autre existe."

"Très structuré au départ : c'est l'identité de ton poisson. Si chacun sait ce qu'il est, facile de coopérer ensemble, alors tout se fait dans la légèreté."

"Alternance individuel / collectif. Les deux utiles et nécessaires. Créativité phénoménale"

"Relations qu'on consent à établir très vite. Ce sont celles qui se passent naturellement. Chez soi, les relations considérées comme "normales" dans les grandes villes. C'est ici que c'est naturel"

"Savoir être. Savoir qu'on est. Je valide que la voie que l'on choisit est celle que l'on décide. Je suis décidée de ne plus jamais suivre ce qui ne me respecte pas. ça ne me gêne pas de m'opposer à l'autorité, au consensus, si ce n'est pas la voie qui me va."

"Surprise par les affinités du groupe. Coopération : accepter de donner son idée, et accepter de la laisser de côté"

"Coopérer, je trouve ça toujours difficile avec des gens différents de moi. Ici, je trouve ma place - et celle des autres. Au début, vous m'emm.... Lorsque chacun reste à sa place, est accepté par l'autre, c'est génial."

"Génial : on ne savait pas comment s'y prendre, pas de discipline. Les étrangers dans le cercle nous ont permis de nous reconnaître en tant que groupe et de ressentir comment chacun reconnaît l'autre."

"Rôle du conteur, structure temporelle et spatiale, permet des déclics.Tension entre rêve et réalité, connivence et complémentarité."

"Justesse de la composition de la soirée.Coopération plus facile lorsqu'on commence à faire quelque chose.
Le faire réunit.
Tandis que le langage réunit, mais aussi divise."

"Étonnée.Trois types de société différentes. En fait, des pôles de notre société. Qu'est-ce qui fait ce regroupement ? A chaque fois une forte unité ? Est-ce seulement le hasard ?"

"Quand on passe cette porte, autorisé à apporter soi, naturellement. Pas obligé de paraître, d'être "comme il faut". On peut être nous-mêmes. Ailleurs, il faut être une bonne "......", avec des oeillères."



Voir aussi

Quelques créations des participants, pages 4 et 5 de Nouvelles Interactions

Le témoignage de Pierre Goirand

Le conte de François-Noël Tissot qui ponctuait ce Café coopé