Blida, lycée Duveyrier, classe de M. Ramin, professeur de latin

 

 

Blida__Lyc_e_Duveyrier__classe_de_MJe voudrais saluer et remercier Mourad ABDENNEBI qui place cette photo sur Copains d'Avant.

De quand date-t-elle ?
Qui y reconnaît-on ?

Pour ma part, je tente quelques hypothèses que des échanges sur internet permettront peut-être de préciser.

 

A quelle époque ?

Pour ce qui me concerne, né à Blida, j'étais bien au lycée Duveyrier d'octobre 1959 à juin 1961, en 6ème puis en 5ème.
En octobre 1959, j'avais 10 ans et je rentrais dans la meute de Louveteaux de la Première Blida, avec mes deux frères Bertrand et Frédéric ; Frédéric allait avoir 8 ans en novembre.

En mai 1961, à 12 ans, je passais chez les scouts et partais avec eux en Ardèche, camper un mois à Jaujac.
De là, je devais redoubler ma 5ème à Sainte-Foy-lès-Lyon, comme pensionnaire à l'école Franco-Canadienne tenue par les Oblats de Marie Immaculée, avant de faire une double quatrième à Oullins, pensionnaire à l'école Saint Thomas d'Aquin tenue par les pères Dominicains.

Je revenais à Blida pour Noël 1961, et la naissance de Philippe, le benjamin de la fratrie, tout début janvier 1962.
J'y revenais ensuite en 1989, à 40 ans, avec mon père Pierre qui en avait 70 et mon aîné Mark qui en avait alors 7.

 

Quelle année ?

Mourad Abdennebi situe cette classe comme celle de cinquième, donc l'année scolaire 1960-1961.
Ce que confirme Farid, le 13 décembre 2015.

Pour ma part, je me demande s'il ne s'agit pas de la classe de 6ème, au cours du premier trimestre, donc en 1959.
Je crois en effet reconnaître Massé qui devait quitter les louveteaux à cette époque, second dans notre meute, et me laisser la place du sizenier, Bernard Carinzeau, qui passait à la troupe des scouts, alors que je n'avais pas même fait ma promesse.
Et je ne reconnais pas Bensaïd qui, en juin 1961, m'avait emprunté un ouvrage d'expériences scientifiques que j'avais reçu de mes parents pour Noël 1960 et auquel je tenais beaucoup ; il devait me le rendre le jour de la distribution des prix : il n'y apparut pas.
Mais je reconnais Vergne, qui est arrivé à Blida en même temps que le colonel Lavergne, alors que j'étais déjà au lycée.

C'est aussi l'avis de Louisa, la fille de Djelloul AOUIDETTE, le 23 septembre 2014 - ce qu'appuie D. BENICHOU, le 11 décembre 2015, et aussi Jean-Claude FERRANDES, le 9 février 2016.

 

Qui est qui ?

Une classe de 36 élèves tout de même !

Des noms paraissent revenir.
Rang 4 - Vlaminck ?, 2, 3, Vergne, 5, 6, 7, Mourad ABDENNEBI, Djelloul AOUIDETTE (selon sa fille Louisa, le 23 septembre 2014 - ce que confirme Farid, le 13 décembre 2015), 10
Rang 3 - Massé, 2, Chiche, 4, Vergez ?, François-Noël TISSOT, 7, 8, 9, 10
Rang 2 - Jacques Louvet, 2, Daniel BENICHOU (qui s'y reconnait le 11 décembre 2015), Jean-Claude FERRANDES (s'y reconnait le 9 février 2016), 5, 6, 7, 8, 9, 10
Rang 1 - Lionel TRIGANO, 2, Pion ?, Ramin, Personne, 6, Morette

 

Quelques repères...

Abdennebi : c'est lui qui nous remet ensemble sur cette photo ; il devait être un peu plus âgé que la moyenne, vraiment un grand pour moi qui étais parmi les plus jeunes ; je me souviens d'une personnalité rayonnante.

Morette : je ne suis pas sûr du nom, seulement de la sonorité ; nous nous étions rencontrés dans le primaire, à l'école Bonnier, où Trigano nous prenait dans ses jeux.

Louvet, Jacques : si c'est bien lui et bien son nom, nous allions au catéchisme ensemble à l'église Saint Charles, le jeudi.

Massé, louveteau dans la Première Blida jusqu'en janvier 1960, second dans la sizaine des Gris le dernier trimestre 1959 ; notre cri : "Gris de notre... mieux !" Notre foulard jaune et vert.

Personne : nous étions déjà ensemble à l'école Bonnier ; j'avais noté ce qui m'apparaissait comme une grande sensibilité ; son père était apiculteur et j'avais été fasciné lorsqu'il m'avait parlé de ce métier ; il avait un jeune frère passionné de mécanique : lorsque son maître lui avait demandé l'opposé de montée, il aurait répondu "démontage" !

Pion : je crois que c'était lui le premier de la classe.

Ramin : était-ce Georges ?, professeur de latin, il venait de métropole et je l'aimais beaucoup plus que la discipline qu'il enseignait ; il allait avoir un accident de moto et j'allais le voir à l'hôpital lors de ma communion solennelle.

Trigano : nous l'appelions Lionel et nous nous étions rencontrés à l'école Bonnier ; en récréation, il m'invitait à jouer avec Morette ; tous deux m'appelaient François Ier. Le jeu s'appelait : le traître. Nous étions toujours les trois mêmes, deux d'entre nous poursuivant le troisième jusqu'à ce que le traître se dévoile et renverse les rôles. Fin organisateur, c'était toujours Trigano le traître, un jeu qui ne me plaisait pas vraiment.

Vergne habitait dans le nouvel immeuble entre l'avenue Victor Hugo et le stade Victor Duruy.

Vlaminck : meilleure note en maths au premier trimestre en 6ème : j'étais son voisin de table ; il avait 18 et moi 2. Habituellement fort en maths, j'étais vexé : le trimestre suivant nous étions à égalité.

Rang 2 10 : lors de mon dernier trimestre à Blida, au printemps 1961, nous devions faire équipe ensemble chez les scouts pour recueillir des lots pour la kermesse de la paroissse ; il habitait la même rue que le lieu de réunion des scouts, près de chez Garcin, louveteau.

 

 

En savoir plus

La classe de 5ème classique de monsieur Talha en 1960-61

Vous cherchez quelqu'un